Cirque de printemps – «Passagers», FIFA et Cabaret du Monastère

2023_04_02-Passagers-7-Doigts-1_Yann-Boyenval.jpg
La troupe de "Passagers" des 7 Doigts - Photo : Yann Boyenval
2023_04_02-Passagers-7-Doigts-2_Yann-Boyenval.jpg
Santiago Rivera Lagerund, Mélie-Jade Tremblay-Bouchard et Dina Sok dans "Passagers" des 7 Doigts- Photo : Yann Boyenval
2023_04_02-Passagers-7-Doigts-3-_Yann-Boyenval.jpg
La troupe de "Passagers" des 7 Doigts - Photo : Yann Boyenval
2023_04_02-Passagers-7-Doigts-4_Yann-Boyenval.jpg
La troupe de "Passagers"des 7 Doigts - Photo : Yann Boyenval
2023_04_02-Le-Monastere-Madison-Ward-corde-lisse-_Caroline-Thibault.jpg
Madison Ward à la corde lisse au cabaret du Monastère - Photo : Caroline Thibault
2023_04_02-Le-Monastere-Junru-Wang-equilibres-sur-cannes_Caroline-Thibault.jpg
Junru Wang en équilibre sur cannes au Cabaret du Monastère - Photo : Caroline Thibault
2 avril 2023,

Françoise Boudreault

Trois sorties de cirque différentes dans la même semaine en ce début de printemps 2003 à Montréal.

*

Passagers du voyage de la vie

Première de la deuxième mouture de Passagers des 7 Doigts à la TOHU, le 23 mars dernier. Spectacle créé en 1918 avec huit interprètes dont dont plusieurs diplômés de l’École nationale de cirque de Montréal, Passagers a fait le tour du monde. Malgré une nécessaire interruption covidienne, le spectacle a tourné jusqu’en 2022. Durant la pandémie, trois membres de la troupe ont tourné un film, on y reviendra. Après avoir visité l’Europe avec un crochet par la Russie ou l’Angleterre, entre autres, Passagers a joué aussi à Boston et ailleurs sur le continent américain. Les acrobates étaient huit, ils sont maintenant neuf, jeunes, virtuoses et ils reprennent le flambeau avec brio. Provenant de huit pays différents, les interprètes ont chacun et chacune un petit quelque chose, ce je ne sais quoi dans sa présence et son style qui le distingue des autres. Ce spectacle leur va à tous et à toutes comme un gant. La première distribution était brillante, la deuxième l’est tout autant.

Avec son écriture circassienne finement ciselée, la mise en scène de Shana Caroll, assistée d’Isabelle Chassé, est toujours aussi captivante et inspirée avec des tableaux superbement chorégraphiés. Après l’ouverture du spectacle toute en puissance et en rapidité, Mélie-Jade Tremblay-Bouchard insuffle un rythme et une énergie soutenus avec ses hula hoop et sa présence souriante. Il y a quelque chose d’hypnotique dans les mouvements de Marco Ingarano en solo au mât chinois ? Le duo au trapèze de Mandi Orozco et Nella Niva avec la participation du groupe est fascinant. J’avais critiqué ce spectacle en 2018 et je me répète : Passagers est un excellent spectacle de cirque contemporain. À moins que vous n’ayez l’intention de fréquenter San Diego en juillet prochain quand y débarquera Passagers, allez vite voir ce spectacle à la TOHU !


Cirque à l’écran au FIFA

Dans la programmation du Festival international des films sur l’art (FIFA), plusieurs films circassiens dont quatre pendant la projection du samedi après-midi. Carte blanche : Noël Jammal – TOHU présentait trois courts métrages et un moyen. Idéal, le cinéma, quand il commence à neiger à gros flocons mouilleux un jour de printemps. Le film Circus Person nous montre une page de la vie d’une jeune femme circassienne, à la fois souriante et tristounette, avec d’intéressantes séquences de peintures sur le corps au début. Oeuvre de pandémie tournée et réalisée par un trio de la distribution originale de Passagers, Moya présente sept artistes de feu du Zip Zap Circus d’Afrique du Sud sous des angles inusités. Belle réalisation à voir, pour 49 minutes de cirque rare. Court métrage avec le Galactik Ensemble, Zugzwang est à la fois intriguant et hilarant. Un travail cinématographique sur le décor et l’humour visuel, parfois absurde, tordant et astucieux aussi, qui montre à la fin le dispositif de la caméra. La Bande à Tyrex est le joyeux collectif déjanté qui pousse la note autant que la pédale dans Vélociraptor. À la dizaine ou en solo, ces cyclistes n’ont pas peur du grotesque et du burlesque avec une certaine flamboyance, notamment dans les costumes. Innénarable. Dans les quatre cas, il n’est pas question de filmer un spectacle de cirque, mais de changer l’acrobatie de contexte. Bravo à Naël Jammal pour ces heureux choix.


Les pieds dans la sloche et le cœur content

Samedi-soir, le 25, après trois fins de semaine consécutives, dernière représentation du premier cabaret de la saison du Monastère dans la splendide église St-Jax. La soirée est animée par madame et monsieur Charmant, Becky Priebe et Philippe Thibodeau dans leurs plus beaux et surtout originaux costumes avec leurs interventions comiques qui assaisonnent la soirée. Tous les numéros sont de haut niveau, mentionnons l’approche originale de la corde lisse par Madison Ward, l’élégance et la grande maîtrise de Junru Wang qui danse sur les mains dans ses équilibres sur cannes, Joaquim Verrier et ses boîtes à cigare à pois, et j’en passe. Désormais un incontournable du cirque montréalais, le cabaret du Monastère est à fréquenter pour son ambiance festive et pour découvrir les artistes et leurs créations. On sort du cabaret le coeur content en ayant hâte au prochain. Le public est au rendez-vous et souhaitons qu’il demeure fidèle !

*

Cirque à l’affiche en avril :
Passagers des 7 Doigts à la TOHU, jusqu’au 8 avril
Raven de Strill Hungry au Diamant de Québec
N-Ormes du duo Agathe et Adrien au Théâtre Desjardins à Montréal
La Nuit du Cerf du Cirque Le Roux à la TOHU (au Diamant en mai)
Animal de Cirque Alfonse à Baie-Comeau et Rimouski
« 4 » des Parfaits inconnus, à Sainte-Geneviève
Le bibliothécaire du Gros Orteil à St-Jérôme, Blainville et Ste-Camille
Brotipo des Foutoukours à Gatineau
Département des retours
des Sœurs Kif Kif à Saint-Eustache et à Québec